Terrasse andalouse

Parmi les nombreux lieux dans le monde évocateurs de chaleur et de beau temps, il en est un en Europe qui est notre voisin, j’ai nommé l’Espagne. Pays cher à mon coeur et dont la simple évocation suffit à me faire vibrer.

DSCN3203 (2)

Si le mot « Espagne » évoque à certains des lieux communs, c’est-à-dire des « topics », des idées préconçues, du style Espagne égale playa, paella, taureaux, flamenco, robes de gitanes, processions, et que sais-je encore, pour moi, c’est bien plus que ça. C’est tout ça, certes, mais c’est bien plus. Des traditions, une culture, une histoire, riches, bien ancrées dans le passé, et encore bien vivantes dans le présent. Si, pendant longtemps, au 20e siècle, époque contemporaine, l’Espagne a été considérée un peu comme le « Tiers-Monde » de l’Europe (entrée dans un conflit fratricide, et sortie dévastée par la Guerre Civile, 1936-1939), c’est qu’on a oublié qu’il fut un temps où elle a été le pays le plus riche et le plus puissant d’Europe. De l’Espagne de la fin de la Reconquête (avec les Rois Catholiques et les richesses rapportées du Nouveau Monde par Christophe Colomb, 1492) au Siècle d’Or: 1516-1598, 14e s. Avec Charles V (Quint). Et ce n’est qu’un infime aperçu des évènements divers qui l’ont façonnée. Dans tous les domaines, c’est un pays riche d’une culture abondante et colorée. En matière d’art, sa richesse et sa fécondité ne sont pas loin d’égaler celles de l’Italie. Je ne vais pas vous faire un cours d’Histoire de l’Art. Mais ce préambule me semblait nécessaire pour amorcer la présentation d’un thème où traditions populaires et culture séculaire s’entremêlent et sont partie intégrante de l’Espagne actuelle. Ainsi, au mois d’Août 2016, en faisant du shopping en Espagne, lors des vacances d’été (quel est le rapport, me direz-vous?), un simple bout de tissu m’a fait remonter le temps…

DSCN3180 (3)DSCN3183 (2)
14 Août 2016:
bientôt deux ans, et quand je repense à ces vacances d’été en Espagne, à Valencia, tout est pourtant très frais dans ma mémoire. La chaleur, l’envie d’aller à la plage (et les projets de blog pour lequel j’avais déjà écrit des articles et pris des photos, en prévision de sa « naissance »: voir ici  24 MOIS… ) , l’excitation à l’idée d’aller voir des expositions, de me balader en ville et dans les jardins… (Mais je vous parlerai de tout cela ultérieurement). Pour l’heure, je ne souhaitais qu’une chose: mettre mon maillot de bain et avant d’aller à la plage, faire ce shooting-photo qui m’a (presque!) transformée en l’une des muses du peintre cordouan, Julio Romero de Torres (1874-1930 †).

DSCN3198 (2)DSCN3200 (2)
Il a suffi que je mette sur mes épaules ce « peignoir » en dentelle à franges, et la fameuse chanson populaire « La Morena de mi copla »(1936) m’est immédiatement revenue en mémoire, ainsi que bon nombre des peintures célèbres de ce peintre en son temps souvent critiqué et « censuré ». Pourquoi? Grand amateur de femmes, il peignait de façon extraordinaire et réaliste les beautés andalouses, brunes, aux yeux sombres, aux hanches rondes, qu’il mettait en vedette dans des scènes le plus souvent populaires, parfois licencieuses, parfois mystiques, même dramatiques. Regarder un de ses tableaux ne laisse jamais indifférent.

DSCN3189 (2)

 


Revenons à ce « peignoir » qui m’a fait penser à ces grandes mantilles ornées de franges que portaient, et portent encore, en certaines occasions, les femmes andalouses. Je l’ai trouvé tout à fait approprié pour couvrir mon maillot de bain une pièce, à fleurs colorées.

DSC_8449 (2)

Comme il est en dentelle, il est ajouré et cache en fait peu de chose… et je le  résèrverais davantage pour des lieux intimes ou les bords de la piscine privée, plutôt que pour la plage publique.

DSCN3192 (2)DSCN3202 (2)

Je l’ai choisi en écru/beige clair (et tant pis pour ceux qui diront que ce bout de tissu fait penser aux rideaux de ma grand-mère, ou arrière grand-mère!) Il est très agréable à porter. Et son « effet magique », c’est qu’il permet à l’amoureuse de l’Espagne que je suis de se mettre à chanter « Julio Romero de Torres pintó a la mujer morena, con los ojos de misterio, y el alma llena de pena… » et à marcher sur ce « paso doble » dont la musique résonne dans ma tête! Eh oui! Olé!

DSCN3205 (2)DSCN3206 (2)

Peu de gens, en Espagne, même en 2018, ne connaissent pas cette chanson qui fait partie d’un patrimoine musical bien vivace.

DSCN3193 (2)

« Morena », ce qui signifie « brune » en espagnol, cela me correspondait bien cette année-là, où je portais mes cheveux plus foncés qu’aujourd’hui (avec juste de légers reflets roux).

DSCN3213 (2)


Petite anecdote (enfin deux…):
1° Dans ma vingtaine, il y a trèèès longtemps (bon, pas en 1936, tout de même!), j’ai chanté cette chanson devenue traditionnelle, lorsque je faisais partie d’une « formation » amateur de « tunos ».
Les « tunos » sont les étudiants qui forment la « Tuna », ou « Estudiantina », c’est-à-dire des étudiants qui jouent de la musique et chantent des chants traditionnels hispaniques, en non-professionnels, et qui animent des spectacles, des mariages, des repas, etc. Chaque université possède sa « Tuna ». Ne croyez pas que je chante bien, ou juste! Non. Je répète, c’est non « professionnel »!

DSCN3218 (2)
2° Dans ma trentaine, il y a aussi bien longtemps 😉 , j’ai eu la chance d’aller à Cordoue (Córdoba), et de visiter le Musée Julio Romero de Torres (  http://museojulioromero.cordoba.es/?id=1 ); j’ai pu voir une grande partie de ses oeuvres en vrai! J’ai été émerveillée par ses peintures, par la beauté de ces femmes, de ces modèles que cet artiste talentueux n’avait de cesse de représenter, en quête de la « femme parfaite ». Je n’ai pris qu’une seule photo d’un seul tableau (avec mon petit appareil photo argentique de l’époque). Et devinez lequel? Cliché prémonitoire?

DSCN8982 (3)

« La Copla » (1927), le tableau qui a inspiré plus tard la fameuse chanson, celle-là même qui m’est revenue en mémoire, lors de cette séance photo, en plein soleil, à cause de, ou grâce à un simple bout de tissu à franges, porté par-dessus mon maillot de bain, sur une terrasse valencienne (voir ici Cité U-RBAIN ), et non une rue andalouse, terrasse baignée de cette lumière blanche éclatante si particulière qui éclaire Valencia, et qui a été si bien reproduite par le fabuleux peintre valencien Joaquín Sorolla (1863-1923†), qui connaissait personnellement Julio Romero de Torres… Mais ça, c’est une autre histoire… Et elle est passionnante!

 

 

Et vous? Vous laisseriez-vous tenter par un « peignoir » ou « kimono » dentelle pour couvrir votre maillot de bain? Cette année, c’est très tendance, façon dentelle-macramé. J’ai pu en voir sur le marché à Toulon (photo 6), et sur le site d’une marque que j’aime beaucoup (et que j’avais découverte … en Espagne, plusieurs années avant que les boutiques ouvrent en France). Il s’agit de Oysho ( https://www.oysho.com/fr/bain-et-beachwear/tuniques-c1010277605.html )


Et cela vous est-il déjà arrivé qu’un vêtement vous évoque une chanson, une oeuvre d’art, un souvenir…? Racontez-moi!

OUTFIT:
Maillot une pièce : Ocean Wear (marque de Saint-Raphaël, Var, commerce local) (2016)
Peignoir dentelle : Lady Heart, Valencia (2016)
Mules : Rieker (2016)
Lunettes : Lulu Castagnette (2016)
Bijoux : Bijoux Brigitte (2016)
Vernis à ongles : Sinful Colors, teinte 1106, bleu « Cinderella » (2016)

 


Remarque:
quand on voyage, on ne peut pas emporter avec soi tout son dressing, ni toutes ses paires de chaussures, « au cas où »…! Dommage, car si j’avais su que j’allais faire cette séance photo sur ce thème, avec tous ces « souvenirs », j’aurais porté ces mules à talons, avec fleurs. J’aurais pu aussi mettre un oeillet dans mes cheveux (« el clavel español »), m’asseoir sur une chaise andalouse et tenir une guitare (même si je ne sais pas en jouer). Et le tableau aurait été « complet » et m’aurait vraiment comblée!

 

 

Paroles de la chanson + traduction


« La morena de mi copla »
« La brune de ma chanson »
Paroles (Letra)
1er couplet:
« Julio Romero de Torres, pintó a la mujer morena, con los ojos de misterio, y el alma llena de pena.
Julio Romero de Torres peignit la dame brune, aux yeux de mystère et à l’âme douloureuse.Puso en sus brazos de bronce, la guitarra cantaora, en su bordón un suspiro, y en su caja una dolora. »
Il mit dans ses bras de bronze une guitare chanteuse, de son couplet jaillit un soupir et de sa guitare un poème triste.

Refrain (Estribillo)
« Morena, la de los rojos claveles, la de la reja florida, la reina de las mujeres.Brune, celle aux rouges oeillets, près de la fenêtre fleurie, reine de toutes les femmes.

Morena, la del bordado mantón, la de la alegre guitarra, la del clavel español ».

Brune, celle au châle brodé, celle qui a la guitare joyeuse, celle qui porte l’oeillet espagnol.
2e couplet:
« Como escapada de un cuadro, en el sentir de la copla,
Comme échappée d’un tableau, dans l’émotion de la chanson,
toda España la venera, y toda España la llora.
toute l’Espagne la vénère et toute l’Espagne la pleure.
Trenza con su taconeo, la seguidilla de España,
Elle tresse dans un claquement de talons la séguedille d’Espagne.
y en su danzar es moruna, en la Venta de Eritaña ».
Et dans sa danse, elle est mauresque, à l’auberge d’Eritaña.

Refrain

¡Olé!

Olé!
[Il existe des variantes sur certains mots de la chanson.]

 

 

 

 

13 Replies to “MORENA…”

  1. Très joli ce peignoir ! Je ne connais pas l’Espagne, je l’ai juste traversé 2 fois pour aller au Portugal. Mais cela me plairait bien. Merci pour cet article et ces photos. Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne connais que Barcelone .
    Mais l’Espagne me tente bien .
    J’ai un peu de mal avec ce genre de peignoir pourtant c’est très tendance .
    Peut-être ai je trop vu les rideaux chez ma maman à une époque ?
    Ton maillot est ravissant et toi très belle .
    Bon week-end Elisabeth.
    Bisous !

    Aimé par 1 personne

  3. Ha ha! L’effet rideau! Oui, ce modèle-là avec franges est particulier. Ma mère déteste! Pour la photo, avec le thème, ça fonctionne bien! Il faudra que je fasse un autre look avec! Les modèles de robes/peignoirs chez Oysho sont plus « portables » facilement! Merci pour ta visite et ton avis, Jany. Bisou.

    Aimé par 1 personne

  4. CC Elizabeth,
    De très jolies photos et oui c’est drôle nous avons presque le même kimono, je connais un peu l’Espagne plus la costa brava et Dorada nous y sommes allés plusieurs fois en famille dans mon ancienne vie mon ex; était espagnol d’origine!
    Bonne soirée,
    Bises

    Aimé par 1 personne

  5. Merci Crystila ! Toutes les régions d’Espagne sont belles et pleines de charme, chacune avec ses spécificités. Si peux, fonce et visite ! Bonne journée. 😃 Biz*

    J'aime

  6. Merci Solange ! Il y a tant à découvrir en Espagne, et ailleurs ! L’occasion de porter plein de looks dans de beaux endroits. 😉 Et pour le shopping, c’est top aussi ! Bonne journée. Biz *

    J'aime

  7. Merci pour parler de l’Espagne. Ce mon pays. Merci ma cherie amie. Le photos sont fantastic et la robe perfecte! Pardon pour mon francais. Bises

    J'aime

  8. Anita, c’est toi? Me alegro de tu visita a mi blog. Y me alegro mucho que te haya gustado. Pues claro que voy a hablar de España. Me gusta tanto y es el país donde nació mi madre. Un besito, y gracias por tu visita.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :