Escapade en Italie #1 Bologne Jour 1

Scroll down to content

BOLOGNE (Bologna, Italia)
Voyage à Bologne, 21 septembre 2016

DSCN4677 (2)

Ciao amici!

Quitter Gênes pour rejoindre l’autoroute n’a pas été trop compliqué. Rouler sur l’autoroute non plus. Faisant abstraction des panneaux indiquant les villes situées sur le parcours jusqu’à Bologne, le stress de rater la bonne sortie s’est mis en sourdine (voir ici Escapade en Italie #1 Gênes Jour 1 ) jusqu’à l’approche de la « ville rouge », ainsi qu’est surnommée Bologne, la ville étudiante aux murs rouges et capitale de la région Emilie-Romagne (Emilia Romagna). Le stress est remonté quand, une fois sortie de l’autoroute, il a fallu s’approcher de la cité dont le centre ancien, cerclé d’une enceinte, est interdit aux véhicules! Comment allais-je faire pour rejoindre le parking de l’hôtel avec des contraintes de circulation aussi strictes que celles annoncées dans tous les guides? Et la menace de se faire arrêter et verbaliser si l’on emprunte ces voies interdites en voiture? D’abord, pour pouvoir entrer dans cette enceinte, ce fut un vrai casse-tête, car on se retrouve à tous les coins de rue avec des sens interdits, et on tourne en rond, pendant des heures (ça me rappelle un sketch…) Jusqu’à ce qu’enfin, en désespoir de cause, supputant que, d’après mon plan papier, l’hôtel se trouvait à quelques dizaines de mètres derrière ces murs, et que la seule rue pour y accéder étant en sens interdit, je me décide à enfreindre la loi, de nuit, incognito, en remontant la rue en marche arrière (et donc en sens interdit!)

158 (2)Mais chut! Je vous passe les détails, et ouf! Mission accomplie, enfin: ma voiture est devant l’entrée du petit parking de l’Hôtel Accademia (Via delle Belle Arti, 6, Bologna https://www.hotelaccademia.com/ ).

161 (2)163 (2)Une fois que je me suis présentée à l’accueil, on m’ouvre le portail et je pose ma voiture pour ne plus y toucher pendant 3 jours! Ouf! Enfin on va pouvoir poser nos valises, prendre une bonne douche et se laisser choir sur le lit! Mais auparavant, il faut monter les deux étages sans ascenseur avec nos valises. L’Hôtel se situe, en effet, dans un immeuble ancien, entièrement rénové, mais dont la configuration ne permet pas d’installer un ascenseur. Il n’est donc pas adapté aux personnes en fauteuil roulant ou à mobilité réduite. En dehors de ce point négatif, tout le reste est plutôt plaisant. Les chambres sont modernes, spacieuses, au calme, avec tout le confort. Notre chambre ressemble à un petit appartement.

DSCN4630DSCN4621 (2)

La déco y est sobre.

 

Dans les escaliers, elle est plus soutenue, les rampes en ferronnerie s’accordent parfaitement avec les moquettes et les toiles modernes et colorées accrochées aux murs. (Je mettrai des photos dans le prochain article). On peut disposer de la WIFI, dans les chambres, et au rez-de-chaussée où un ordinateur est à la disposition des clients. Après une bonne nuit de repos, nous découvrons une très jolie salle de repas, ornées de belles photographies en noir et blanc, et où nous attendait un petit déjeuner appétissant et proposant des mets très variés, salés, sucrés.

DSCN4652

DSCN4641 (2)DSCN4642 (2)Et j’ai découvert un jus de fruit étiqueté « ACE »: c’est un jus composé de trois fruits: orange (arancia), carotte (carota), citron (limone). Son nom fait référence aux vitamines A, C, E qu’il contient. Il n’est pas acide du tout!

DSCN4647 (2)Le personnel, très aimable, est à l’écoute, et vous propose un plan de Bologne, sur lequel on vous conseillera telle ou telle visite. Attention! Nous n’avons rencontré personne qui parle français. Même à l’Office du Tourisme: c’est anglais ou italien! Point. Mais on parvient quand même à communiquer!

DSCN4644 (2)

Pour cette première journée de visites à Bologne, mon objectif était de flâner un peu en ville pour m’imprégner de son atmosphère et d’aller visiter un bâtiment historique dont les photos vues sur Internet me faisaient rêver: j’ai nommé l’Archiginnasio.
Mais avant de découvrir ensemble cette merveille d’architecture, faisons un point « fashion » et itinéraire.

DSCN4667 (2)DSCN4666 (2)21 septembre 2016 (voir ici pourquoi je publie presque 2 ans après… 24 MOIS… ),temps légèrement voilé, mais très doux. J’avais très envie d’étrenner cette robe confortable, imprimée style « wax », à manches courtes, sur laquelle j’ai posé un petit blouson en jean (déjà vu ici  Sur les traces de Saint-Hermentaire… ) au cas où il se mettrait à faire un peu frais, où il tomberait quelques gouttes (cela a été le cas, mais au moment de visites en intérieur, donc pas de gêne…)

DSCN4663 (2)

J’ai voulu garder mes sandales marron gold, à hauts talons, pour la journée (risqué pour marcher en ville tout le jour; en effet, le soir, j’étais « morte »! Heureusement que c’était calculé car elles sont très souples).

DSCN4718 (2)DSCN4717 (2)Un sac « fourre-tout » pour le bazar de voyage, couleur bordeaux/prune avec une étoile en strass sur le devant. J’avais souhaité une tenue féminine pour être en ville.
Chic-décontracté. Les italiennes sont très élégantes. Et j’ai été très agréablement surprise de constater l’élégance des messieurs italiens, très bien habillés, pour la plupart, que ce soit à Gênes ou à Bologne, en costume moderne, cravates, chaussures en cuir sublime, pochette ou porte-documents… Un vrai plaisir.
Donc hors-de-question de me sentir mal à l’aise avec une tenue trop quelconque (je joue les coquettes!)
Passons à « l’itinéraire« . Mon Dieu, le casse-tête! Malgré le plan papier, que de chemin parcouru en tous sens pour se repérer! Tout d’abord, les monuments, églises, musées, sites d’intérêt ne sont pas indiqués. C’est à dire, vous êtes devant un bâtiment et il n’y a aucun panneau avec le nom dudit bâtiment. Vous êtes dans une rue et cherchez le panneau avec le nom de la rue: il n’y en a pas. En fait, pas au début de la rue, ni aux intersections. Il faut marcher longtemps pour trouver enfin le nom au milieu de la rue, dans un lieu sombre, souvent sous les arcades (Bologne est d’ailleurs la ville des arcades). Quand vous trouvez un panneau avec le nom de la rue plus facilement, perplexité! Il n’y a pas un nom de rue, mais deux! (A l’hôtel, on nous avait prévenus…) En effet, la municipalité a changé les noms des voies, mais sur les plans, ce ne sont pas les mêmes noms! Il y a sur les plans ou dans les rues, soit l’ancien nom, soit le nouveau, soit les deux! Comment s’y retrouver? On use la semelle de ses souliers à aller dans un sens et dans un autre, sans savoir où on se trouve vraiment! Et on use son énergie aussi!

DSCN4688 (2)

C’est à un tel point que j’ai même trouvé une rue avec la plaque « Via Senza Nome », c’est à dire « Rue sans nom »! Et le jour du départ, une plaque de rue avec rien du tout écrit dessus! Je n’ai pu, hélas, la photographier car j’étais en voiture! A Bologne, il vaut mieux avoir le temps, ou alors avoir un radar dans la tête pour ne pas s’arracher les cheveux. Donc, armée de toute ma patience, j’ai déambulé au hasard une partie de la matinée, en passant plusieurs fois par la Piazza Maggiore (point principal du centre ancien de Bologne), admirant la Basilique San Petronio;

DSCN4710 (3)ne pouvant voir, hélas, la fameuse Fontana del Nettuno (Fontaine de Neptune), cachée par des bâches car en cours de restauration. J’ai tout de même pu apprécier les Due Torri (les Deux Tours), symboles de Bologne, et vestiges des rivalités opposant les riches familles nobiliaires: c’était à qui aurait la tour la plus élevée, donc la plus élevée pour les plus riches!DSCN4675 (2)

DSCN4678 (2)La Tour des Asinelli (1109) est la plus haute avec ses presque 100 mètres de hauteur et ses 486 marches (que je ne me suis pas risquée à aborder!) La plus petite, la Tour Garisenda, 50 mètres, est inclinée de plus de 3 mètres et ne se visite pas.

J’ai pu entrer dans la Galleria del Leone (la seule plaque que j’ai pu trouver indiquant clairement le lieu, admirable par ailleurs, avec cette association de moderne et d’ancien, et ses sols magnifiques!)

Après cette première approche du centre-ville très sportive, pédestrement parlant, il était temps de remettre du « carburant ». L’heure du miam-miam! Toujours à la recherche de lieux de restauration « équitables », nous nous sommes rendus à « Centro Natura », Ristorante bio vegetariano ( www.centronatura.it )

DSCN4708 (2)

DSCN4707 (4)

Tous les restaurants de ce type que j’ai pu découvrir en Italie ou en Espagne sont tous très différents les uns des autres: décoration, formules de repas… Ce lieu-ci surprend par sa simplicité: il ressemble à une cantine de self-service, presque à une prison avec ses barreaux aux fenêtres dans la salle principale.

DSCN4698 (2)DSCN4696 (2)DSCN4695 (2)Puis il devient plus cosy dans les salles annexes, et surprend par l’étendue des lieux qui sont réservés aux réunions, cours de méditation, yoga, etc.

DSCN4700 (2)

DSCN4690 (2)DSCN4694 (2)En tout cas, la nourriture y est toujours excellente, avec des produits BIO et frais.

DSCN4723 (2)
L’Archiginnasio

DSCN4711 (2)L’après-midi, direction (enfin!) l’Archiginnasio (1563), bâtiment universitaire avec son théâtre anatomique (17e siècle). Je trépignais d’impatience d’entrer dans ces lieux chargés d’histoire et de découvrir cette superbe architecture! « Bologna la Dotta » (Bologne la Savante) grâce à sa prestigieuse université, la plus vieille d’Europe avec la Sorbonne parisienne (1253). Fondée en 1088, elle est la première à se dénommer université. Université de Droit, elle se développa en ajoutant les chaires de médecine, philosophie, rhétorique… notamment. Elle devint un grand centre de savoirs prestigieux et attira de très nombreux étudiants, ce qui eut une incidence inattendue sur l’architecture de la ville: les bâtiments durent s’agrandir pour loger tous ces nouveaux venus et c’est verticalement qu’ils durent s’agrandir au-dessus d’arcanes longeant les rues, faisant de la ville rouge la ville des « Portiques »: il y a des arcades partout à Bologne!

DSCN4712 (2)

DSCN4714 (2)DSCN4713 (2)L’Archiginnasio fut construit en 1563 pour donner un siège stable à l’Université, dont les facultés étaient, jusque là, dispersées dans la ville. Ce fut Napoléon qui transféra en 1803, l’Université à l’actuel Palais Poggi. Il reste à l’Archiginnasio la salle de lecture et la Bibliothèque Municipale, aux riches éditions rares. La plus importante d’Italie pour la valeur et la richesse de son patrimoine.

DSCN4747 (2)DSCN4748 (2)DSCN4751DSCN4758 (2)Ainsi que des salles de conférences, et une décoration très colorée sur les murs, voûtes des salles, des galeries et des escaliers, recouverts de quelque 7000 écussons d’étudiants, de maîtres de l’Université, certains très connus, comme Dante, Pétrarque, Copernic… Ainsi que des bustes et des statues.

DSCN4722 (2)

DSCN4742 (2)DSCN4756 (2)

Le « coeur » de ce bâtiment reste le Théâtre Anatomique, (du 17e siècle, datant de 1637) en forme d’amphithéâtre, qui était consacré à l’enseignement de l’anatomie au moyen de la dissection des cadavres, avec, au centre de la salle, la table de dissection en marbre blanc, autour de laquelle les sièges en bois de sapin sculpté destinés aux étudiants en médecine, attendent les visiteurs du 21e siècle qui se retrouvent plusieurs siècles en arrière, sous le regard des statues d’Hippocrate et de Galien (médecins grecs, dont l’un, à l’origine du célèbre serment, est considéré comme le « Père de la Médecine »).

DSCN4737 (3)DSCN4735 (2)

DSCN4729 (2)
Hippocrate

Au plafond, la statue d’Apollon entourée des symboles des constellations sculptées dans le bois. J’ai tout de suite repéré mon signe: Gémeaux (Gemelli)!

DSCN4732 (2)DSCN4726 (2)L’astrologie était associée à la médecine à une époque.
En face, la chaire du Lecteur dont le baldaquin est soutenu par les impressionnantes statues des deux « écorchés » (Spellati).

DSCN4724 (2)DSCN4730 (2)Au-dessus de la canopée, une figure féminine assise, allégorie de l’Anatomie, reçoit en hommage d’un putto ailé, non une fleur, mais un fémur!

DSCN4724 (3)Le Théâtre d’Anatomie, détruit lors des bombardements du 29 janvier 1944, a été fidèlement reconstruit à l’identique, en récupérant un maximum des matériaux d’origine. Un travail titanesque et admirable.

DSCN4716 (4)A l’extérieur, le palais présente un long portique de 139 mètres de long, avec 30 arcs de colonnes en grosses pierres; il se compose de deux étages autour d’une cour centrale, avec un ordre double de loges.

DSCN4763 (2)Deux amples escaliers conduisent à l’étage supérieur. C’est magnifique! Et très impressionnant…

[ Mais que peut bien vouloir dire le mot « Archiginnasio »? Attention aux faux-amis! C’est la question que je n’ai pas cessé de me poser. L’étymologie m’intéresse énormément. Après plusieurs recherches, j’ai trouvé avec beaucoup de difficulté deux semblants de réponse. Je vous les livre, sachant que je ne suis pas docte en la matière, et si quelqu’un a des connaissances certaines sur ce sujet, je serais ravie d’apprendre!

Donc: 1° Archiginnasio: nom par lequel on désignait les Universités de Rome et de Bologne. 2° « Archi »: arcs, arches (italien) et « Ginnasio » (it.) : Lycée, école supérieure intermédiaire préparant à l’Université. Cela colle bien à ce bâtiment. Et c’est unique!]

DSCN4761 (2)Une fois la visite de l’Archiginnasio terminée, me voici de retour dans la ville à déambuler et à réaliser que c’est l’heure du goûter! Eh oui! Je suis comme les enfants. Pour cela direction « Ca’Pelleti »http://www.capellettilocandaitalia.it/index.html ), un restaurant-salon de thé BIO (encore un) où nous avons pu déguster d’excellents gâteaux accompagnés d’un bon capuccino.

DSCN4768 (2)DSCN4774 (2)
Puis retour à l’hôtel. Un peu de repos (surtout pour mes pieds!) après une bonne douche. Changement de tenue pour sortir dîner au restaurant: top imprimé foulard noir et blanc, pantalon noir et sandales noires. Et me voici repartie dans Bologne « by night », très différente le soir, avec une population étudiante qui sort la nuit, dans des bars qui semblent avoir éclos dès la nuit tombée, sous les arcades taggées, et d’où s’échappent diverses musiques; bars qui jouxtent des « trattorie » inaperçues pendant la journée, qui se remplissent de groupes estudiantins affamés de nourritures terrestres. Et moi, avec une envie de manger des pâtes! En Italie, c’est la moindre des choses! Pour le dîner, découverte d’un autre lieu de restauration Bio: « Estravagario » ( www.estravagario.org), où nous avons eu la chance de pouvoir trouver une table, car nous n’avions pas réservé, et la salle était pleine.

DSCN4785 (2)DSCN4786 (2)DSCN4796 (2)DSCN4791 (3)DSCN4788 (2)Le dîner fut excellent (j’ai mangé mes pâtes, bio). Pour finir cette journée bien remplie, il ne me restait plus qu’à retourner à l’hôtel, où je me suis écroulée sur le lit, rêvant de nouvelles découvertes… (Non , je ne suis pas allée danser…! On n’a plus 20 ans…!)

La suite au prochain épisode. Vous me suivez, pour découvrir enfin ce qui m’a conduite à Bologne…? Encore un peu, ou beaucoup de suspense… (Oui, mes articles sont longs, je sais!)

OUTFIT:
Robe « wax » : La Redoute (2016)
Blouson jean : Promod (2015)
Sandales : Tamaris (2016)
Sac : Mandoline (2016)
Collier + bague : Le Manège à Bijoux (old, ?)
BO : sans marque (old, ?)
Bracelet cuir : Les Petits Hauts (2014?)
Bracelet chaîne : Géant Bijoux (old, ?)

 

 

 

 

 

 

 

15 Replies to “Escapade en Italie #1 Bologne Jour 1”

  1. Coucou Elisabeth bravo pour cet article très complet ! Je suis impressionnée ! De très jolies photos ! L’Italie c aussi mes origines ! Mon arrière grand-mère était napolitaine 😁 bises

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ta visite, 50andhealthy (je ne sais pas ton prénom…) Florence, je rêve d’y aller. La chance! Rome aussi. De beaux projets de voyage en perspective! Bel été à toi!

    J'aime

  3. Merci beaucoup Sandrine! Du sang italien en toi, voilà qui explique ce côté un peu « ténébreux » de la belle brune! Il paraît que moi aussi, j’ai des origines italiennes. Mais ce sont mes racines espagnoles qui m’ont nourries tout au long de ma vie. France, Espagne, Italie… Voilà un beau trio! Bises*

    Aimé par 1 personne

  4. Une croisière, c’est super! J’aimerais bien en faire une un jour. L’Italie a beaucoup de charme… Il y a tant à découvrir! Il faut que je termine la dernière partie de mon article sur Bologne… Il est assez « complexe » à mettre en forme, et comme je fais d’autres choses en ce moment… je tarde (beaucoup trop!) Il fera allusion d’ailleurs à un personnage célèbre qui a multiplié les talons aiguilles, les tenues excentriques, le maquillage… Suspense!

    Aimé par 1 personne

  5. oui c’était croisière de France sur le bateau le « zénith  » au 14 eme étage !!!! très stable je le conseil a tous et un petit bateau . on mange très bien aussi on était 4000 personnes ….. hâte de te lire : un personnage célèbre qui a multiplié les talons aiguilles j’adore déjà !!!! bisous .

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :